Montréal : Vue en voie de disparition



Les tours de condos poussent presque comme des champignons à Griffintown et ailleurs dans la métropole. Ceux qui s’installent aux étages supérieurs y profitent généralement de belles vues sur la ville, la montagne ou le fleuve… jusqu’à ce qu’une nouvelle tour leur cache le paysage. Témoignages et conseils pour choisir une vue qui ne disparaîtra pas. – Un dossier de Jeil Onel Mézil


CHOISIR SA VUE - LA HAUTEUR

Quand vient le temps d’acheter un condo pour la vue, voici ce dont il faut tenir compte… pour ne pas la perdre. « Il faut considérer le niveau de l’étage, car plus on est haut, meilleure est la vue. Et elle a moins de risque d’être obstruée ensuite. »

— Jacques Gobeil, CAA-Québec


LA DÉCLARATION COMMUNE DE COPROPRIÉTÉ

« La déclaration commune de copropriété contient des indices sur le plan global du promoteur. C’est pourquoi il est important d’en prendre connaissance. Si le promoteur possède un terrain vacant à côté, rien ne peut l’empêcher d’y construire une nouvelle tour. »

— Me Stefania Chianetta


LA VOCATION DES TERRAINS ADJACENTS

« Il faut s’informer de la vocation des terrains adjacents pour savoir si de grandes tours sont à venir. La Ville peut dire combien d’étages un immeuble sur le terrain d’à côté peut avoir. En fait, plus il y a de terrains vacants à proximité, plus il y a de chances que de nouveaux projets soient entrepris et que la vue soit perdue à l’avenir. »

— Jacques Gobeil, CAA-Québec


LES ESPACES VERTS DU QUARTIER

« L’acheteur peut se renseigner sur les espaces verts du quartier et sur les plans de la Ville en matière d’espaces verts. Plus il y a d’espaces verts, plus belle est la vue et moins il y aura de tours à proximité. »

— Sylvie Ménard, courtier immobilier


LES PROJETS APPROUVÉS ET DÉPOSÉS

« L’acheteur doit consulter la Ville pour se renseigner sur les projets de développement immobilier approuvés et déposés pour le quartier. Ça lui donnera une idée des tours qui seront construites dans le quartier et des chances de perdre ou de garder sa vue. »

— Sylvie Ménard, courtier immobilier


PRÉCIEUSES VUES

Jeil Onel Mézil – Collaboration spéciale

Quand Sylvie Ménard a acheté son condo, elle avait une vue parfaite sur plusieurs parties de la ville. « D’un côté, je voyais la rue de la Montagne ; de l’autre, je pouvais voir le canal de Lachine. » Toutefois, ces vues spectaculaires, elle sait qu’elles disparaîtront bientôt.


Sylvie Ménard est courtier immobilier à Montréal. Il y a quelques années, elle s’est installée dans un condo de Griffintown, entre autres pour comprendre ce qui se passait dans le monde des condos au centre-ville. Aujourd’hui, son bilan est sans appel : « C’est toute une folie, dit-elle. Les jeunes professionnels, les milléniaux, les retraités : beaucoup de personnes convergent vers le centre-ville de Montréal pour trouver un condo. Les tours sont érigées continuellement, les unes obstruant la vue sur la ville ou sur l’eau qu’offraient les autres. Je sais que bientôt, je ne pourrai plus voir le Centre universitaire de santé McGill, dit Mme Ménard. La vue éloignée spectaculaire que j’ai sur la ville la nuit, je sais que je vais la perdre. »



Mme Ménard constate que les projets de condos en construction sont toujours plus nombreux dans son quartier. « Certains d’entre eux seront prêts dans deux ou trois années, dit-elle. J’ai au moins huit grues autour de moi, dit-elle tristement. On a oublié un plan d’urbanisme pour le centre-ville. On a oublié d’agencer les tours pour protéger les vues. D’ici quelque temps, certains résidents ne pourront voir que leurs voisins. »


Or, la valeur d’un condo est en partie liée à la vue qu’il offre. La perte d’une vue n’est donc pas sans conséquence pour son propriétaire. « Au fil du temps, il y a une dévaluation qui se fait quand la vue est perdue, dit Sylvie Ménard, qui travaille pour l’enseigne Royal LePage. On perd 4 ou 5 % facilement. Par conséquent, les gens ne pourront pas vendre au prix espéré après quelques années. »


Toutefois, selon elle, les propriétaires de condos qui veulent vendre ont trouvé un moyen de contourner la baisse de valeur : ils mettent leur appartement en location. « Au lieu de vendre à perte, la majorité des gens qui ne veulent plus y vivre vont louer le condo, et ça se loue très bien, dit-elle. Ça peut aller de 2500 à 3000 $ par mois pour un appartement semi-meublé de deux chambres. »


QUE FAIRE SI ON PERD UNE VUE ?

Les copropriétaires qui perdent la vue offerte par leur condo et dont la valeur de revente diminue ne peuvent s’en prendre qu’à eux-mêmes.


En effet, les possibilités de recours sont presque inexistantes. « Je ne pense pas qu’il y a de recours dans le domaine du développement urbain, dit Jacques Gobeil, directeur du service-conseil en habitation de CAA-Québec. Si vous perdez votre vue après deux ou trois ans, vous n’aurez pas d’autre choix que de vivre avec. »


Même son de cloche du côté de Me Stefania Chianetta, avocate spécialisée en droit de l’immobilier. « Les acheteurs doivent demeurer plutôt prudents, dit-elle. Je dis toujours aux acheteurs de lire la déclaration commune de propriété et d’aller consulter les schémas d’aménagement du quartier à la Ville.


Dans le cas d’une copropriété horizontale [propriété commune du terrain qui ceinture la maison], si la déclaration commune stipule qu’on peut construire un immeuble de six étages sur le terrain adjacent, il y a possibilité de recours si le promoteur va au-delà de six. Sinon, il n’y a pas beaucoup de possibilités de recours. »


VUE PROTÉGÉE

Peut-on inclure une clause qui garantit la vue offerte par son condo ? « On peut toujours essayer de négocier une clause », dit Me Stefania Chianetta. Toutefois, indique-t-elle, il est très difficile de l’obtenir. Les projets d’un promoteur sont standardisés. »


Même son de cloche du côté de Jacques Gobeil, de CAA-Québec. « Un acheteur peut essayer de négocier la protection de la vue de son condo, affirme-t-il. Si le propriétaire vous dit qu’il ne bloquera pas votre vue, vous pouvez demander de mettre une clause disant qu’il s’engage à la protéger, mais c’est rare ».


VOIR LA VILLE

Jeil Onel Mézil – Collaboration spéciale

Plusieurs projets immobiliers sont en cours au centre-ville de Montréal, particulièrement dans le quartier Griffintown. De vues sur le fleuve ou sur le canal de Lachine aux vues sur le Vieux-Montréal, les promoteurs débordent d’imagination pour attirer les acheteurs. Aperçu avec six projets.


Amati

Mené par Devimco Immobilier, le projet de condos Amati est également situé dans Griffintown, près du Vieux-Port de Montréal. Selon les promoteurs, les condos qui seront construits offriront « des vues de premier choix sur un magnifique parc ou sur le centre-ville de Montréal ». Le projet propose 159 appartements, allant d’une à trois chambres qui seront réparties sur 15 niveaux. Parmi les aires communes incluses dans le projet, on trouve une salle d’entraînement et de yoga, un sauna sec et une piscine intérieure.


Bassins du Havre – phase 4

La phase 4 des bassins du Havre est la dernière étape du projet immobilier qui porte le même nom. Mené par le promoteur Prével, le projet prévoit 112 condos, d’une à quatre chambres, qui seront répartis sur 21 étages. La superficie des condos variera entre 665 et 2012 pi2. Le projet est situé au cœur du quartier de Griffintown et offre « un nouveau regard sur le canal de Lachine », selon ses promoteurs. Le projet inclut également un centre sportif avec piscine et un espace spa.


Arbora

Le projet Arbora offre des condos, des penthouses et des appartements situés « à 10 minutes à pied du centre-ville et à 2 minutes de la rue Notre-Dame ». Mené par le promoteur Sotramont, le projet inclut un grand aspect « écologique » avec pas moins de 40 % d’espaces verts au sol. Les 168 logements qui seront offerts vont d’une à trois chambres et couvrent chacune une superficie allant de 406 à 1715 pi2. Le projet, qui offre une vue sur le canal de Lachine et sur un parc adjacent, inclut aussi une piscine extérieure et un gymnase avec sauna.


Le Solano – phase 7

La phase 7 du Solano est un projet de 141 condos répartis sur 20 étages. L’immeuble situé rue de la Commune se trouve « en face du fleuve » et à proximité du Vieux-Montréal. Les appartements comprennent d’une à trois chambres et couvrent une superficie allant de 566 à 2489 pi2. Le projet dont la livraison est prévue pour l’automne 2018 prévoit également une piscine intérieure avec sauna, un centre de conditionnement physique et une piscine extérieure sur le toit.


Noca

Situé dans le quartier Griffintown, le projet immobilier Noca propose 99 condos répartis sur 8 niveaux. Selon les promoteurs DevMcGill, les appartements offrent des vues sur le centre-ville de Montréal, sur le canal de Lachine ou sur le Vieux-Montréal. Les condos vont d’une à trois chambres et comprennent également un balcon. Parmi les aires communes prévues, il y a une salle d’entraînement, une salle de sports multifonctionnelle et une terrasse sur le toit avec une piscine.


Gallery – phase 2

Les unités de la phase 2 du projet de condos Gallery offrent une vue soit sur le canal de Lachine, soit sur la ville, annoncent ses promoteurs. L’immeuble de 109 appartements répartis sur 14 niveaux se trouvera dans le quartier Griffintown. Les condos d’une à trois chambres vont de 537 à 1994 pi2. Parmi les espaces communs, on trouve une piscine intérieure vitrée, une salle d’exercice et une salle de spa santé.



Ce texte provenant de La Presse+ est une copie du format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+ :

Article : bit.ly/2LfRyJc